Camponotus herculeanus - Linnaeus, 1758

Section de discussion et d'évocation des reportages photos concernant les différentes espèces dans leur milieu naturel.
Avatar du membre
Christian Dégache
Administrateur du site
Messages : 608
Enregistré le : mer. 30 avr. 2008 05:59
niger = noire ? : non
Contact :

Camponotus herculeanus - Linnaeus, 1758

Message par Christian Dégache »

Observations et photos faites le 20/06/08 entre 17 et 18H00.
Espèce commune en altitude dont les ouvrières mesurent de 7 à 15 mm nichant principalement dans le bois (lignicole) on peut la trouver malgré tout aussi dans le sol… !
Le temps idéale de ces derniers jours a été propice pour l’essaimage de certaines espèces entre autre Camponotus herculeanus dont les sexués passent l'hiver au nid pour essaimer au printemps.
Beaucoup de jeunes gynes fraîchement fécondées observées au sol à la recherche d’un abri mais aussi des colonies dont les princesses et princes n’ont pas encore osé prendre leur essor à cette heure ; ce n’est que partie remise !

Une petite vue d’ensemble de l’habitat ; toujours sur la commune de Rochepaule à un peu plus de 1000 mètres :
1.jpg
1.jpg (63.85 Kio) Vu 6244 fois
2.jpg
2.jpg (65.31 Kio) Vu 6244 fois
3.jpg
3.jpg (62.15 Kio) Vu 6231 fois
Le nid se trouve sur une « bute » de terre au bord d’un chemin, mélange de terre et d’épines de pins :
4.jpg
4.jpg (84.05 Kio) Vu 6202 fois
5.jpg
5.jpg (101.88 Kio) Vu 6209 fois
6.jpg
6.jpg (108.41 Kio) Vu 6196 fois
7.jpg
7.jpg (82.22 Kio) Vu 6223 fois
Photos sur les diverses entrées du nid :
8.jpg
8.jpg (89.18 Kio) Vu 6227 fois
9.jpg
9.jpg (91.52 Kio) Vu 6233 fois
Les entrées sont bondées d’individus : ouvrières, mâles et princesses qui restent très calmes !
Aucune agitation…
10.jpg
10.jpg (97.48 Kio) Vu 6225 fois
11.jpg
11.jpg (80.96 Kio) Vu 6223 fois
12.jpg
12.jpg (84.36 Kio) Vu 6216 fois
20.jpg
20.jpg (137.55 Kio) Vu 6211 fois
19.jpg
19.jpg (93.73 Kio) Vu 6213 fois
Quelques photos des futures reines :
15.jpg
15.jpg (69.07 Kio) Vu 6219 fois
16.jpg
16.jpg (163.82 Kio) Vu 6217 fois
24.jpg
24.jpg (67.05 Kio) Vu 6213 fois
26.jpg
26.jpg (64.02 Kio) Vu 6211 fois
Sans oublier les mâles :
27.jpg
27.jpg (73.69 Kio) Vu 6208 fois
18.jpg
18.jpg (56.25 Kio) Vu 6211 fois
Sous l’œil attentif des ouvrières :
22.jpg
22.jpg (86.59 Kio) Vu 6212 fois
23.jpg
23.jpg (107.11 Kio) Vu 6206 fois
17.jpg
17.jpg (83.11 Kio) Vu 6203 fois
28.jpg
28.jpg (32.21 Kio) Vu 6202 fois
La suite de ce reportage ce week-end !

Avatar du membre
Jean-Luc Marrou
Administrateur du site
Messages : 488
Enregistré le : mar. 29 avr. 2008 20:09
Localisation : Toulouse

Re: Camponotus herculeanus (Linnaeus, 1758)

Message par Jean-Luc Marrou »

Là, tu nous gâtes. Très intéressant. J'ai une question.
Tu trouves des nids d'herculeanus dans la terre ? Je n'ai jamais observé ça.
Par contre j'avais observé des sentiers semi-souterrain allant d'une souche ou d'un arbre mort à un autre.
Là, les nids sont terricoles ou c'est du provisoire pour l'essaimage des sexués ?
Ou alors, la possibilité de trouver des sites de nidification lignicoles étant limitée, il y aurait eu adaptation et investissement du sol ?
Vraiment ton observation soulève des questions fort intéressantes.
Tes photos sont vraiment bien. Quelle progression !!!

P.S : la photo 4 n'est pas visible chez moi.

Avatar du membre
Christian Dégache
Administrateur du site
Messages : 608
Enregistré le : mer. 30 avr. 2008 05:59
niger = noire ? : non
Contact :

Re: Camponotus herculeanus (Linnaeus, 1758)

Message par Christian Dégache »

Suite….
Voilà une jeune reine fraîchement fécondée à la recherche d’un lieu ou elle pourra
dans un premier temps creuser son terrier et dans un deuxième temps s’y enfermer dans l’espoir de fonder sa propre colonie ! Je ne pense pas que cette espèce pratique la fondation pléométrotique, si j’en crois le peut d’observation que j’ai pu faire sur cette espèce et sur sa « cousine » C. ligniperdus.
31.jpg
31.jpg (80.68 Kio) Vu 6158 fois
Pas facile ; il y’a de la concurrence (d’autres gynes sont bien sûre dans le même cas) et surtout les mauvaises rencontre comme ici avec une ouvrière hostile de la même espèce !
Elle s’en sortira sans problème l’ouvrière ne faisant pas le poids face à cette « masse » impressionnante !! Oufff !!
Le photo n’est pas nette mais je vous laisse imaginer que les protagonistes à ce moment là n’était pas favorable à la pose « photo ». Je la met malgré tout !!
33.jpg
33.jpg (61.29 Kio) Vu 6154 fois
La jeune reine cherche des ébauches de trous, celui-ci n’a pas l’air de lui être à « son goût » et poursuit son chemin. Que fait-il que ce lieu ne lui convienne pas ? Peut-être le substrat trop dense pour être creusé ?! Un lieu déjà imprégné d’odeur par des ouvrières fourrageuses et qui limiteraient ses chances de mener à bien sa mission …?! L’environnement même ? Des questions par mis tant d’autres que je me pose tout en l’observant !
34.jpg
34.jpg (155.72 Kio) Vu 6152 fois
Après plusieurs minutes de quête elle trouve une nouvel ébauche de cavité, essayant de s’y introduire mais trop juste pour elle et peut profond !!
35.jpg
35.jpg (112.9 Kio) Vu 6144 fois
Néanmoins cet endroit à l’aire de lui convenir malgré le danger proche qui la guette à tout instant !
A l’aide de ses mandibules elle déblaie, retire les gravats, et gros monceaux….
36.jpg
36.jpg (78.58 Kio) Vu 6145 fois
Ca y’est ce site lui convient parfaitement ….ou est-ce un abri de fortune qu’elle a décidé d’arranger pour se protéger de ses ennemis en attendant le crépuscule et voir plus loin…. !!
37.jpg
37.jpg (136.84 Kio) Vu 6140 fois
38.jpg
38.jpg (111.47 Kio) Vu 6144 fois
La terre à l’aire meuble et se creuse assez facilement à la voir faire !
Elle utilise ses pattes antérieurs pour sortir la terre.
39.jpg
39.jpg (122.45 Kio) Vu 6147 fois
40.jpg
40.jpg (119.2 Kio) Vu 6147 fois
41.jpg
41.jpg (121.1 Kio) Vu 6140 fois
42.jpg
42.jpg (132.38 Kio) Vu 6135 fois
43.jpg
43.jpg (105.06 Kio) Vu 6134 fois
44.jpg
44.jpg (121.21 Kio) Vu 6135 fois
Après un laborieux travail presque incessant en voici le résultat :
45.jpg
45.jpg (85.53 Kio) Vu 6135 fois
Il ne lui aura fallu pas moins ni plus de 12 minutes et 13 secondes chrono en mains entre le début des travaux et le résultat de la dernière photo ! :)
Mais si elle reste « là » va tel pouvoir se défendre de la colonie déjà bien établie située à environ 20 centimètres, pour la première entrée, de son actuel demeure ou sera telle obligé de déménager !? Elle a déjà eu la visite à la fin des travaux de deux de ses voisines bien décidées à la déloger mais sans y parvenir….. quelle en sera l’issue !!!

Avatar du membre
Jean-Luc Marrou
Administrateur du site
Messages : 488
Enregistré le : mar. 29 avr. 2008 20:09
Localisation : Toulouse

Re: Camponotus herculeanus (Linnaeus, 1758)

Message par Jean-Luc Marrou »

Très interéssant !!!
Comme tu le précises bien, il n' y a pas de fondation par pléométrose ( Je pense pas qu'on puisse dire pléométrique ;) ) chez cette espèce, c'est à dire que la coexistence pacifique de plusieurs femelles dans un premiers temps n'est pas acceptée.
C'est plutôt de l'ordre d'une fondation claustrale indépendante stricte. Tu sembles laissé entendre que les observations que tu as faites sur le terrain semble démontrer cela.
Pour confirmer cela (c'est peut être déjà été fait par certains auteurs) faudrait faire des expériences en mettant 2-3 ou 4 gynes ensembles dans un tube lors de la fondation.
Ton reportage relate bien les difficultés de ce moment et les mauvaises rencontres que la jeune fondatrice peut faire dans ce moment, souvent des ouvrières de sa propre espèce.
L'objectif premier est de trouver un endroit adéquat pour fonder. Je n'ai toujours trouvé C. herculeanus qe dans le bois, je pensais que c'était une espèce strictement lignicole. La jeune reine fonde alors dans une souche, un tronc mort, la condition étant qu'il soit bien exposé, pas occupé par d'autres espèces dont elle repère l'odeur ou pire parasité par un champignon. Peut être que cette espèce vu la concurrence rude dans certains endroits "se rabat" alors dans la terre.
On peut donc faire 2 hypothèses, il me semble concernant ton observation, ou c'est du provisoire, elle s'arrête dans ce petit endroit dans la terre en attendant de poursuivre sa route afin de trouver l'endroit adéquat ou comme dit précedement elle fondera là (manque de matériau propice à la fondation).
La question reste posée;
Peut ête faudrait il que tu repères bien l'endroit pour voir si l'année prochaine tu repères un trou d'entrée avec des jeunes ouvrières en sortant.
Sachant que d'après ce que tu dis, certains facteurs risquent de rendre cette observation difficile, vu qu'elle s'est installé sans doute trop près d'une autre colonie et ça ça risque de lui couter cher, sans compter les causes de décés divers dû à cette phase délicate de fondation.

Avatar du membre
Christian Dégache
Administrateur du site
Messages : 608
Enregistré le : mer. 30 avr. 2008 05:59
niger = noire ? : non
Contact :

Re: Camponotus herculeanus (Linnaeus, 1758)

Message par Christian Dégache »

Pour confirmer cela (c'est peut être déjà été fait par certains auteurs) faudrait faire des expériences en mettant 2-3 ou 4 gynes ensembles dans un tube lors de la fondation.
Je n'ai jamais vu jusqu'à présent plusieurs gynes de cette espèce ensemble en milieu naturel.
J'ai mis en place le sytème que tu énnonces 1 fois concernant cette espèce, obligé de séparer au bout de quelques heures sinon c'est la mort de l'un d'entre elles ; idem pour Camponotus ligniperdus par ailleurs mais avec cette dernière plusieurs tentatives en tubes qui se sont toujours avérés infaisable chez moi elles se tolèrent au début ensuite..... !
C'est plutôt de l'ordre d'une fondation claustrale indépendante stricte
Mes quelques obsérvations comme précisées vont bien en ce sens. Merci J-L.
On peut donc faire 2 hypothèses, il me semble concernant ton observation, ou c'est du provisoire, elle s'arrête dans ce petit endroit dans la terre en attendant de poursuivre sa route afin de trouver l'endroit adéquat ou comme dit précedement elle fondera là (manque de matériau propice à la fondation).
Je me demande aussi si ce n'est pas du "temporaire" !
La question reste posée;
Peut ête faudrait il que tu repères bien l'endroit pour voir si l'année prochaine tu repères un trou d'entrée avec des jeunes ouvrières en sortant.
Sachant que d'après ce que tu dis, certains facteurs risquent de rendre cette observation difficile, vu qu'elle s'est installé sans doute trop près d'une autre colonie et ça ça risque de lui couter cher, sans compter les causes de décés divers dû à cette phase délicate de fondation.
J'ai repéré le lieu mais je ne pense qu'elle puisse s'établir à cette endroit pour tout ce qui a été dit plus haut ; je crois bien que c'est perdu d'avance pour elle même si bien sûre rien est fait et pourquoi pas rester optimiste !

Avatar du membre
Christian Dégache
Administrateur du site
Messages : 608
Enregistré le : mer. 30 avr. 2008 05:59
niger = noire ? : non
Contact :

Re: Camponotus herculeanus (Linnaeus, 1758)

Message par Christian Dégache »

Rien ne nous dit non plus qui ne se cache pas une vieille souche qui aurait pu être recouverte avec les années de terre et d’épines et qui aurait formé cette amoncellement !
A quelques mètres de celui-ci sur le chemin un nid satellite est présent au bord d’une racine le traversant c’est la même colonie ; pas d’animosité envers les ouvrières !
Ce n’est pas facile d’affirmer ou non sans détruire une partie du nid pour voir ce qui se cache dessous.
Mais je ne pense pas que cette espèce soit totalement lignicole !
J’observe aussi des colonies dans de la terre bien noire un mélange de différents substrats dont du bois en décomposition très certainement peut-être cela leur suffit-il !

La photo d’une gyne creusant elle aussi au bord d’une vieille racine d’arbre sur le bas côté d’un chemin !!
aa.jpg
aa.jpg (94.46 Kio) Vu 6136 fois

Avatar du membre
Jean-Luc Marrou
Administrateur du site
Messages : 488
Enregistré le : mar. 29 avr. 2008 20:09
Localisation : Toulouse

Re: Camponotus herculeanus (Linnaeus, 1758)

Message par Jean-Luc Marrou »

Je pense que dans la perspective de fonder à tout prix et les places étant chères, la dernière solution, c'est une petite cavité dans la terre.
Après, y a cette question de nids satellites (il y a des travaux là-dessus des canadiens et quebécois) car dans une souche au fil des ans avec l'augmentation de la population, elle devient vite trop étroite.
Ce reportage est vraiment sensationnel. J'espère qu'on arrivera à faire de même pour d'autres espèces de Camponotus (vagus, cruentatus, sylvaticus, pilicornis, aethiops.....), de Messor ou Cataglyphis (bouturage et parade nuptiale avec courses des mâles autour des femelles).

Avatar du membre
Christian Dégache
Administrateur du site
Messages : 608
Enregistré le : mer. 30 avr. 2008 05:59
niger = noire ? : non
Contact :

Re: Camponotus herculeanus (Linnaeus, 1758)

Message par Christian Dégache »

Je suis allé me promener aujourd'hui et j'ai observé pas mal de gynes seules en soulevant les pierres qui ne sont pas "incrustées" dans le sol !
Là encore peut-être, comme nous le supposons, un abri de fortune pour se protéger et qui demande aucun travail pour sa "fabrication" (gain d'énergie) avant de continuer les investigations !!

Avatar du membre
Christian Dégache
Administrateur du site
Messages : 608
Enregistré le : mer. 30 avr. 2008 05:59
niger = noire ? : non
Contact :

Re: Camponotus herculeanus - Linnaeus, 1758

Message par Christian Dégache »

Deux jours que je rencontre C. herculeanus avec des colonies établies sur Rochepaule à l'altitude d'environ 850 mètres.
Je ne pensais pas le voir si bas même si j'avais déjà obesrvé quelques gynes encore aillées à cette altitude .... mais après reflexion le dénivelé de Rochepaule y'est sûrement pour quelques chose.
Sur la seule commune on passe de 600 à 1200 mètres.

Se voit ailleurs si "bas" ?

Avatar du membre
Jean-Luc Marrou
Administrateur du site
Messages : 488
Enregistré le : mar. 29 avr. 2008 20:09
Localisation : Toulouse

Re: Camponotus herculeanus - Linnaeus, 1758

Message par Jean-Luc Marrou »

Je pense que dans les coins vallonés comme vers chez toi, on peut la trouver à cette altitude, surtout qu'elle n'a pas de concurrence comme à d'autres endroits (Camponotus vagus)
J'ai trouvé cette publication de Chérix où il confirme qu'en Suisse aussi Camponotus herculeanus est présente sous les pierres, il parle même de nids de pierre.
http://antbase.org/ants/publications/11264/11264.pdf
Vraiment ça me donne envie de rebalayer des endroits que je connais où cette espèce abonde pour être plus attentif à ce paramètre, j'ai dû rater quelque chose.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité