Sociales-solitaires

Section didactique pour parler de l'identification des différentes espèces, de l'établissement ou de la critique de clés existantes, des articles et informations diverses concernant la détermination, la classification et la répartition des espèces.

Modérateurs : Le Président, Administrateurs Mail

Répondre
Philippe Wegnez
Messages : 44
Enregistré le : jeu. 15 mai 2008 21:12

Sociales-solitaires

Message par Philippe Wegnez » jeu. 19 sept. 2013 17:16

Salut,

Une petite question existentielle !
Contrairement aux abeilles et aux guêpes, il n'y a plus de fourmis solitaires. Mais comment défini t-on la vie solitaire ?
Une "guêpe" nidifie dans une cavité quelconque, elle y amène des provisions, pond un œuf et laisse la larve se débrouiller. Espèce solitaire.
Une "guêpe" nidifie dans une cavité quelconque, elle amène des provision, pond un œuf et ravitaille régulièrement sa larve. Espèce solitaire.
Une "guêpe" parasite le nid d'une autre "guêpe", elle pond un œuf et laisse la larve se débrouiller. Espèce solitaire.
Une guêpe parasite le nid d'une guêpe sociale, elle y pond ses œufs et les ouvrières hôtes s'occupent de la progéniture de la reine parasite qui n'engendre que des mâles et des reines. Espèce sociale !
Une fourmi parasite le nid d'un autre fourmi, elle y pond ses œufs et les ouvrières hôtes s'occupent de la progéniture de la reine parasite qui n'engendre que des mâles et des reines. Espèce sociale !

Pourquoi parle t-on d'espèces sociales dans les deux derniers cas alors que le parasite n'engendre que des mâles et des femelles fertiles et ne se préoccupe pas de son propre couvain.
Est-ce uniquement du au fait que l'espèce parasitée est une espèce sociale ? Est-ce simplement du au fait que la femelle parasite reste au contact de son couvain même si elle n'y apporte aucune attention ?
Dans ce cas comment définirait-on la vie de coléoptères comme les Calviger ? Peuvent ils être catalogués d'insectes sociaux puisqu'ils parasitent les nids d'une espèce sociale, qu'ils y pondent leurs œufs mais n'y apportent aucun soin.
Pourquoi ne pourrait-on pas dire que des espèces comme Anergates, Teleutomyrmex, Myrmica karavajevi, ... sont des espèces "solitaires" .

J'avoue que c'est un peu "tordu" mais je me suis posé cette question durant le trajet de retour d'un chantier.
Je n'ai pas pris le temps de faire une recherche sur le net car je me suis dit que ce serait un bon exercice pour l'exposition de Paris avec sa borne interactive.
A+
Phil

Rumsaïs Blatrix
Messages : 139
Enregistré le : ven. 30 mai 2008 06:53

Re: Sociales-solitaires

Message par Rumsaïs Blatrix » ven. 20 sept. 2013 00:59

Comme toujours l'Homme cherche à catégoriser le continuum de la nature... Tout dépend donc de la définition que tu donnes au mot "social".
Le couvain d'Anergates a toujours besoin d'être entretenu par des fourmis, même si ce ne sont pas les géniteurs. Qu'en est-il des larves de Claviger? Ont-elles besoin des soins des fourmis? Ou bien profitent-elles simplement d'une source de nourriture stable et permanente? C'est peut-être sur ce point qu'il y a une différence entre les deux stratégies. Ceci dit on doit pouvoir trouver des myrmecophiles qui ont réellement besoin des soins des fourmis.
Les fourmis parasites ont évolué à partir d'espèces sociales (à l'inverse des myrmécophiles). On est donc peut-être plus enclin à les considérer comme sociales.

Els Lommelen
Messages : 3
Enregistré le : jeu. 22 sept. 2011 13:05

Re: Sociales-solitaires

Message par Els Lommelen » ven. 20 sept. 2013 13:49

Salut Philippe,
Comme Rumaïs dit, tout depends de la définition du mot 'social'. Generalement on parle des differents degrés de socialité: subsociale, commensale, quasisociale, semisociale et eusociale (je ne suis pas sûre de la terminologie en Français). Wilson l'explique bien dans 'The insect societies', avec beaucoup d'examples, je te recommende le livre pour savoir plus de ce theme. Malheureusement, dans ce livre, il ne dit rien des fourmis parasites ou de Claviger de l'aspect d'être sociale (seulement de l'aspect du symbiosis ou de la parasitisme sociale).
Dans le livre 'The superorganism', Hölldobler et Wilson disent que tous les fourmis sont eusocials, mais ils remarquent que les fourmis parasites sans ouvrières (et quelques autres espèces) n'ont pas tous les critères pour être eusocials. Donc le status sociale des espèces parasites semble un point de discussion ou d'interprétation.
A+
Els

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités