Découverte de Myrmica bibikoffi Kutter, 1963 et de Ponera testacea Emery, 1895 au Luxembourg ainsi que des détails sur leur écologie, la liste des espèces de fourmis trouvées sur les mêmes sites. Un aperçu de quelques Myrmica parasites et les méthodes permettant de les distinguer de leurs hôtes sont discutées par P. WEGNEZ

téléchargement du pdf

 

Messor hodnii n. sp. est une nouvelle espèce de Formicidae Myrmicinae du Chott El Hodna en Algérie. La description et l’illustration sont basées sur la caste d’ouvrière. Cette espèce fait partie des fourmis pourvues d’un psammophore et ressemble fortement à l’espèce M. caviceps.

Henri Cagniant est co auteur de l’article descriptif

téléchargement du pdf

L’inventaire des Formicidae du Massif armoricain en cours depuis 2016 permet progressivement de dresser la liste de la myrmécofaune régionale, de préciser la répartition des espèces Simultanément, un atlas départemental est conduit en Loire Atlantique depuis 2014 et a permis la découverte de près de 80 taxa dont certains sont particulièrement remarquables et d’autres introduits voire invasifs.

Publication proposée par Clément Gouraud, bilan 2019

Une colonie de la fourmi d’Argentine ( L. humile) a été trouvée sur le site “Machines de l’île” à Nantes. Des analyses génétiques ont permis de trouver son origine: la supercolonie catalane qui est installée essentiellement sur Barcelone et ses environs.

Invasive in the North: New latitudinal record for Argentine ants in Europe N. Pierre Charrier – Caroline Hervet – Claire Bonsergent – Matthieu Charrier – Laurence Malandrin – Bernard Kaufmann – Jérôme M. W. Gippet

télécharger la publication

 

Publication de Laurent Colindre et Christophe Galkowski

C’est dans du matériel prélevé dans un nid de Tetramorium alpestre que nous avons découvert ultérieurement les spécimens d’une espèce parasite : en laboratoire, à la loupe binoculaire, nous avons isolé plusieurs individus de même taille mais plus clairs que les Tetramorium. L’observation des mandibules falciformes portées par ces individus a alors permis de les déterminer comme des représentants du genre Strongylognathus Mayr 1853.